Education nationale, Enseignement supérieur, Formation professionnelle et Recherche

De Le WikiCitoyen
Aller à : navigation, rechercher

Participer à la discussion

Education nationale

Pour l’éducation, décidons ensemble des premières mesures d’une révolution de la confiance dans les enseignants.

Puis, prenons le temps d’une co-construction plus longue afin que les enseignants, dans leur ensemble, soient bien acteurs de la décentralisation du système qui ne peut, lui non plus, continuer de fonctionner de manière pyramidale. Les décisions hors-sol prises à Paris, loin des professionnels, ça suffit !

Les minimums de l'Education
- 100% des enfants doivent savoir lire, écrire et compter à la fin de l’école primaire ; si ce n’est pas le cas, tout département doit proposer un système de rattrapage accessible simplement aux parents
- Tout jeune doit avoir un métier lui permettant de gagner sa vie ; si ce n’est pas le cas, tout département doit proposer une formation gratuite. 
- Tout adolescent doit être acteur de notre société et non consommateur ; chaque département doit proposer une manière d’y parvenir concrètement

(voir Organisation territoriale)

NOTE EDUCATION

Constats

Chaque année, 140 000 enfants sortent du système scolaire sans qualification. Dès le plus jeune âge, les inégalités sociales sont source de difficultés scolaires.

Une personne quittant le système scolaire coûte à la collectivité 230 000 euros sur tout son parcours de vie (Source : Ministère Éducation Nationale) et ai confronté à des difficultés multiples (chômage, précarité voire délinquance : 85 % des jeunes incarcérées sont sans qualifications (Source : Carcéropolis).

De plus, les résultats PISA montrent que c’est en France, plus qu’ailleurs, que l’origine sociale pèse sur la réussite scolaire : près de 40% des élèves français issus d'un milieu défavorisé sont en difficulté, contre 34% pour la moyenne OCDE. Et seulement 2% des élèves d'un milieu défavorisé figurent parmi les élèves les plus performants (3% en moyenne OCDE).

Proposition

En concertation avec les équipes pédagogiques et sans remettre en cause le système scolaire actuel, les acteurs de la société civile agissant dans le domaine de l’éducation peuvent déployer sur un territoire donné une offre globale d’accompagnement, de l’école maternelle jusqu’au lycée.

Des actions concrètes pour enrayer l’échec scolaire

L’école maternelle

Donner le goût de la lecture Un enfant issu de milieu défavorisé entend, en moyenne 30 millions de mots de moins qu’un enfant issu de milieu favorisé (Source : Terra Nova). Les enfants, dès la maternelle, doivent entendre le plus de mots possibles pour enrichir leur vocabulaire.

Exemples d’acteurs : Lire et faire lire organise des séances de lecture avec des retraités qui viennent dans les écoles.

Autres actions (à enrichir) :


L’école élémentaire

Maîtriser les savoirs fondamentaux Les premières années de primaire sont déterminantes : c’est à ce moment que l’enfant apprend les bases de la lecture, de l’écriture et du calcul. Il est indispensable de mettre à disposition des enfants des livres qu’ils peuvent amener à la maison. Exemples d’acteurs : Lire c’est partir propose des livres à moins de 1 euro qui peuvent être distribués dans les écoles élémentaires. Agir pour l’Ecole propose des nouvelles méthodes d’apprentissage de la lecture ZUPdeCO organise des ateliers ludiques, au sein des écoles, par des étudiants bénévoles

Autres actions (à enrichir) :

Faire correctement les devoirs Dès le 3ème cycle, les enfants ont des devoirs (apprentissage de leçons, récitations) et n’ont pas forcément le cadre à la maison pour les faire correctement.

Exemples d’acteurs : ZUPdeCO organise des séances de tutorat collectif, au sein des écoles, animées par des étudiants bénévoles

Autres actions (à enrichir) :

Le collège

Faire correctement les devoirs L’entrée au collège bouleverse les habitudes d’apprentissage et cristallise les inégalités. 4 enfants sur 10 rentrent en 6ème avec de graves lacunes en lecture, écriture et calcul. 2/3 des collégiens n’ont pas la moyenne à l’épreuve de maths au brevet, 1/3 en français. Les devoirs sont la source principale des inégalités scolaires quand les parents n’ont ni les capacités ni les moyens financiers d’aider leurs enfants.

Exemples d’acteurs : ZUPdeCO organise des séances de devoirs vérifiés au collège, animés par des étudiants.

Autres actions (à enrichir) :

Donner du sens au travail à l’école Il est important de stimuler les élèves et de donner du sens au travail à l’école pour aider à la persévérance scolaire.

Exemples d’acteurs : JobIrl accompagne les élèves dans leur orientation 100 000 Entrepreneurs organise des ateliers pour stimuler l’esprit d’entreprendre Energie Jeune organise des ateliers pour favoriser l’auto-discipline

Autres actions (à enrichir) :


Le lycée

Choisir sa voie d’orientation Arrives au lycée, les étudiants se préparent au baccalauréat et entreprennent le choix de leur orientation. 32 % des jeunes qui décrochent le font en seconde et beaucoup subissent plutôt que ne choisissent leur orientation dans le supérieur. (Source : Ministère de l’Education Nationale)

Exemples d’acteurs : PASSEPORT AVENIR organise du parrainage de jeunes par des professionnels du monde de l’entreprise pour les motiver et les conseiller dans leur choix d’orientation.

Autres actions (à enrichir) :

Tout au long de la scolarité

Les outils numériques permettent de détecter les lacunes, de travailler la méthodologie et de renforcer les apprentissages.

Exemples d’acteurs : Civiscol, une plateforme de soutien scolaire en ligne permet de réviser les leçons et de s’exercer à l’école mais aussi depuis la maison.

Autres actions (à enrichir) :


Des actions mesurées

Des outils de suivi et d’évaluation, permettent de gérer et évaluer nos actions : - agenda des activités - présence des élèves - compte rendu des ateliers - notes des élèves accompagnés vs moyenne de classe

Enseignement supérieur

Formation professionnelle

(voir aussi Emploi)

Recherche

Sources